mercredi 15 juin 2016

Nos chers ambassadeurs : le témoignage de Nora, ambassadrice à Montpellier


Bonjour Nora, vous faites partie des nombreux Ambassadeurs de quartier Mon P’ti Voisinage, pouvez-vous nous dire quelques mots sur vous afin de vous connaître un peu plus ?

Je suis Nora, assistante de direction, j’ai 37 ans, j’ai une petite famille avec mon mari et mes deux enfants de 11 et 13 ans, avec lesquels nous avons emménagés à Montpellier il y a deux ans. Peu de temps après notre arrivée, nous nous sommes rendus compte que le quartier dans lequel nous avions emménagé était plutôt un « quartier dortoir ». Les initiatives entre voisins, même s’il en existait quelques-unes, restaient très discrètes.

Mon quartier, c’est le quartier des Grisettes, un quartier en construction en périphérie de Montpellier. D’ailleurs, de nouveaux bâtiments sont livrés et avec ces derniers ce sont de nouveaux habitants qui arrivent régulièrement dans le quartier. À terme, il devrait compter jusqu’à 1 500 habitants.


Depuis quand et comment avez-vous décidé de vous impliquer dans votre quartier ?

Avant d’arriver dans le quartier des Grisettes à Montpellier, nous vivions, ma petite famille et moi, dans un petit village. Nous étions habitués aux nombreuses animations de village qui étaient organisées. Par ailleurs, le monde associatif dans les villages est assez présent, tout le monde se connait assez vite et je dois dire qu’en arrivant en ville ce côté là me manquait. « En ville », le côté « vie urbaine » est bien différent : les habitants se parlent moins, se connaissent moins… Il manque ce côté convivial des villages, où les gens s’entraident plus facilement.

Il y a quelques temps, j’ai pris conscience que le travail ne fait pas forcément tout dans la vie. La famille et les relations humaines agissent plus qu’on ne le croit pour l’épanouissement personnel et finalement, il s’avère que ces deux aspects sont bien plus importants que la réussite professionnelle.

Pour des raisons de santé, j’ai été arrêtée pendant un moment et ce fut une réelle occasion de prendre le temps de rencontrer plein d’habitants de mon quartier. C’est là que je me suis rendu compte qu’il y a un potentiel énorme chez chacune des personnes qui composent un quartier, pour pouvoir faire ensemble quelque chose de très beau. Mais il est nécessaire de mettre en place un moteur et des outils pour amorcer de telles initiatives, cela peut rester en sommeil indéfiniment.

C’est à ce moment là que j’ai connu l’existence de Mon P’ti Voisinage. C’est une amie qui habite dans un autre quartier de Montpellier qui m’en a parlé, car elle savait que je ressentais à ce moment-là l’envie et peut-être aussi le besoin de m’investir. À l’époque, je m’étais alors renseigné sur le concept et sur ce que pouvait nous apporter Mon P’ti Voisinage. Je me suis donc rendu sur le site et j’ai pu voir qu’aucun groupe n’existait pour notre quartier, c’est alors que je me suis dit « Pourquoi pas ? ».


Comment se sont donc passés « les premiers instants de votre rencontre » avec Mon P'ti voisinage ?

J’ai fait quelques recherches, je regardais ce qu’il se passait sur le site, et puis assez rapidement j’ai souhaité m’inscrire en tant qu’ambassadeur. J’ai alors reçu un kit d’ambassadeur et je suis allée rencontrer les commerçants ainsi que les gens du quartier. 

Comment ça se passe ? C’est très simple ! J’ai rassemblé toute mon énergie et j’ai commencé à en parler autour de moi, aux commerces aux alentours, aux relais presse, ainsi qu'aux professions libérales du quartier au sein desquelles je laissais des flyers et affiches dans les salles d’attente… Et c'est ainsi que petit à petit, on se rend compte qu’il y a une vie existante, une volonté sociale de se regrouper. Les gens ont besoin de moteurs pour leur montrer le chemin.

C’est dans ces premières démarches, que j’ai découvert qu’il existait un comité de quartier aux Grisettes. Je m’y suis donc rendu et je leur ai présenté le concept de Mon P’ti Voisinage et tous les bénéfices que cela pouvait apporter au quartier. Ils ont accepté d’intégrer le concept de Mon P’ti Voisinage au Comité de quartier et l’aventure collaborative a alors démarré !



Vous êtes ambassadrice de votre quartier pour Mon Pti Voisinage, en quoi cela consiste quotidiennement ?

Une fois inscrite en tant qu’ambassadeur, on reçoit un kit de communication. Ce sont des affiches, ciblées habitants ou ciblées commerçants. Dans ce même kit, on y trouve des flyers et d’autres petits autocollants. J’ai donc utilisé les autocollants pour les apposer sur ma boite aux lettres, ce qui m’a permis d’être identifié au sein du quartier comme l’Ambassadeur Mon P’ti Voisinage.

Avec ces nombreux outils de communication, on trouve également un petit fascicule qui explique tout le processus, la mission de mon P’ti Voisinage, comment fonctionne le site et toutes les fonctionnalités qui peuvent être utilisées pour créer avec les habitants du quartier une vraie communauté d’entraide. Le fascicule a été un très bon appui de présentation, il m’a beaucoup accompagné au début et il continue encore de m’accompagner aujourd’hui !

J’ai laissé des flyers dans les boites aux lettres de mon quartier ainsi que chez les commerçants et petit à petit je voyais sur le site, se rajouter de nouveaux membres du quartier Mon P’ti Voisinage ! Aujourd’hui, c’est plus d’une soixantaine de personnes qui se sont inscrites, alors que je n’ai même pas fait 1/5 du quartier et que je n’ai commencé qu’en début d’année 2016.

Sur le site, on peut créer de nouveaux groupes thématiques et faire en sorte que les gens se retrouvent dans ces mêmes centres d’intérêt. J’ai d’ailleurs créé un groupe Qi Gong*[1] et un groupe Bibliothèque des Grisettes. Pour le groupe Qi Gong, je poste des images, des actus ainsi que des petites vidéos dans l'espace groupe du site pour susciter de l’interactivité.

Pour chaque nouvelle demande de validation d'adresse, j’ai pour habitude de prendre directement contact avec la personne en privée et un mot public de bienvenue est laissé à chaque nouvel inscrit du quartier. 

Au niveau des événements, comme je me suis rapprochée du comité de quartier, je me suis impliquée dans l’organisation de la Fête des Voisins. Nous avons monté un partenariat entre le comité de quartier et Mon P’ti Voisinage pour la fête en elle-même. Nous avons d’ailleurs organisé un concours de dessins grâce au matériel fourni par Mon P'ti Voisinage. Et nous avons également organisé un concours de pétanque, des petits lots ont été offerts aux gagnants et c’est l’équipe de Mon P'ti Voisinage qui nous a fourni les lots !

Par ailleurs l’équipe de Mon P'ti Voisinage nous a fait parvenir des modèles pour concevoir des invitations sous la forme de cocottes en papier. Les cocottes ont eu un succès fou dans tout le quartier, et nombreux sont les enfants et les adultes à en avoir confectionné.




Est ce que vous auriez des conseils à donner aux futurs ou même aux actuels ambassadeurs de quartier Mon Pti Voisinage ?

De la persévérance ! 


Parler, parler, parler et oser aller à la rencontre des gens. Tout ne se passe pas sur le site bien au contraire ! Les gens, quand on leur parle, deviennent beaucoup plus attentifs que lorsqu’on leur dépose un simple flyer dans leur boite aux lettres. Le site internet ne remplace pas l’interaction, il la permet et la stimule, mais rien ne remplace l’interaction humaine ! Et quand il y a de l’interaction, il y a alors plus de retours et plus d’activités.

L’environnement urbain est compliqué au niveau des relations humaines. Les gens sont assaillis de publicités. Sur les flyers que je distribue ou que je dépose dans les boites aux lettres, je rajoute à la main « Ceci n’est pas une publicité » et sur les conseils de Mon P'ti Voisinage, j’y rajoute également mon prénom. Les flyers de Mon P'ti Voisinage sont très bien conçus et très didactiques, mais avec une touche personnelle, cela les rend encore plus « humains ». Et c’est une réussite car au total, ce sont plus de 60 personnes qui se sont inscrites !


Remarquez-vous un changement dans le quartier depuis l’arrivée de Mon P’ti Voisinage ?

J’ai senti une certaine émulation se créer dans le quartier ainsi qu’avec le comité de quartier. Je ne sais pas si l’arrivée de Mon P’ti Voisinage a déclenché ou contribué à cette activité, mais au moins les gens ont un sujet supplémentaire pour communiquer ! Mon principal regret aujourd’hui est de manquer de temps pour développer encore plus ce qu’il se passe ici…

Mon implication s’est faite dans le quartier grâce à Mon P’ti Voisinage. Mon P’ti Voisinage a impulsé le développement encore les animations et les interactions. Il est à l’origine de la création d’une nouvelle structure associative qui j’espère évoluera dans l’esprit de Mon P’ti Voisinage et avec son appui. Car avec mon P’ti Voisinage, je suis certaine qu’il serait nécessaire de renforcer cette passerelle entre le site internet et l’humain et cela passe par les ambassadeurs. Chaque ambassadeur a un rôle très important, dans le sens où il permet cette interaction humaine.


Pour finir, une petite anecdote que vous souhaiteriez partager ?

Bien sur ! Je pense tout de suite au petit concours de dessins que nous avons organisé durant la Fête des Voisins notamment grâce à Mon P’ti Voisinage. Pour préparer ce concours de dessins, l’équipe  de mon P'ti voisinage nous avait fait parvenir des modèles de dessins pré-dessinés. Les enfants n’avaient plus qu’à colorier ces mêmes dessins pour participer au concours.


Les dessins que nous avait envoyés Mon P’ti Voisinage représentaient notamment des personnages en action. On y voyait des voisins en train d’agir pour le quartier et de réaliser des actes d’entraide. Un voisin prêtait sa tondeuse, l’autre son aspirateur et il était même représenté des solutions de covoiturage entre voisins… Et là, mine de rien, les enfants parlaient entre eux de ces dessins. Les mots qu’ils utilisaient et les actions qu’ils désignaient au travers de ces dessins mettaient en avant la symbolique collaborative et d’entraide qui y était représentée. Ces scènes de la vie représentées sur les dessins leur paraissaient alors complètement naturelles. Et ça c’était génial, parce que ce concours banal de dessins a été un vrai moment de pédagogie de l'entraide que nous avons créé pour et avec les enfants !










[1] Chi-kong : Une gymnastique traditionnelle chinoise et une science de la respiration